J’écris sur le tongkat ali depuis 10 années environ, et j’ai commencé bien avant qu’il ne devienne populaire. Je pense en toute modestie être en partie à l’origine de la reconnaissance de cette plante extraordinaire.

Ces dernières années, de plus en plus de distributeurs de compléments alimentaires ont voulu profiter de cet engouement pour le tongkat ali, si bien que la concurrence entre eux est devenue féroce.

Tongkat ali (Eurycoma longifolia Jack de son nom scientifique latin) est bien entendu l’une des plantes les plus chères à se procurer aux alentours. Et ceci pour une bonne raison. En effet, les racines de tongkat ali mettent environ une vingtaine d’années à atteindre leur plein potentiel. L’arbre en lui-même est d’une culture difficile. On ne trouvera pas des plantations de tongkat ali n’importe où dans le monde. L’arbre se développe uniquement sur des terrains en pente bien drainés, dans la jungle, partiellement protégés par un auvent. Il se peut qu’il reste d’autres conditions à réunir pour constituer un lieu de pousse idéal. Ce qui explique les échecs dans les tentatives successives pour en cultiver de façon intensive dans un but commercial. Le tongkat ali authentique se doit d’être cultivé dans un environnement sauvage.

Les lieux habituels de culture se situent idéalement dans les forêts tropicales de l’Asie du Sud-Est. On continue à les trouver dans cette partie du monde. C’était un fait que l’on observait couramment par le passé, dans la plupart des pays d’Asie du sud-est, en passant du Vietnam à l’Indonésie. Dans chacun d’entre eux, on appréciait les qualités de cette plante, et on la cultivait de façon assez massive en raison des propriétés médicinales de ses racines. Il est vraisemblable que partout où les autochtones étaient au contact des forêts tropicales, on utilisait les arbustes de tongkat ali.

Actuellement, le seul pays où l’on observe des zones de présence naturelle du tongkat ali est l’Indonésie. Non pas que le tongkat ali soit particulièrement répandu en Indonésie. Mais, l’Indonésie fait partie de ce petit nombre de pays avec de larges étendues de forêts tropicales encore vierges, où le tongkat ali pousse naturellement. Pour autant, la pérennité de ces forêts tropicales vierges ne saurait être garantie. Elles sont détruites par le feu avec une proportion inquiétante.

La fumée de l’Indonésie se répand sur la région
http://news.bbc.co.uk/2/hi/asia-pacific/5415944.stm

Les feux de forêts se déchaînent à travers l’Indonésie et le Brésil
http://www.greenpeace.org/international/news/going-up-in-smoke-120906

Des Forêts tropicales entières en voie de disparition dans la décennie prochaine
http://www.commondreams.org/headlines03/0705-06.htm

L’Indonésie a été mise sous une pression internationale considérable en vue non seulement de maîtriser ces feux de forêts qui entraînent des problèmes de nuages de fumée sur des milliers de kilomètres à la ronde, mais également afin d’intensifier ses initiatives pour protéger ses forêts tropicales, d’une importance cruciale pour l’environnement dans sa globalité. En effet, le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono (SBY) qui avait déjà mis en garde contre les conséquences de la guerre civile dans l’Aceh, mais aussi sur d’autres sujets délicats, a indiqué que la conservation des forêts tropicales reste l’une de ses préoccupations politiques majeures.

SBY ordonne l’arrestation des responsables de l’exploitation illégale du bois
http://www.bkpm.go.id/bkpm/news.php?mode=baca&info_id=979

Il est vraisemblable que si l’approvisionnement de tongkat ali en provenance d’Indonésie venait à se tarir en raison des mesures de protection de la forêt tropicale, ou pour une simple raison de régulation du marché par une réduction de l’offre, le prix de la racine de tongkat et celui de l’extrait connaîtraient encore une augmentation conséquente.

D’autres raisons peuvent expliquer une augmentation substantielle des prix. En effet, la Chine qui devient encore plus riche et plus gloutonne que jamais, a toujours été la plus fervente nation utilisatrice de médecines naturelles. En Chine, la phytothérapie n’est pas considérée comme un système de soins accessoire. Au contraire, elle est pratiquée en tandem avec la médecine occidentale.


Médecine chinoise traditionnelle
http://en.wikipedia.org/wiki/Traditional_Chinese_medicine

La Chine étant si vaste, toute substance recherchée dans ce pays est appelée à se raréfier. Et plus un ingrédient utilisé dans la médecine traditionnelle devient rare, plus il est appelé à devenir coûteux. Le phénomène a pu déjà s’observer avec un autre produit naturel indonésien destiné à l’exportation. Son prix (quoique l’efficacité du produit cité reste à démontrer) a connu une envolée en flèche en raison de sa demande par la Chine désormais prospère. Nous parlons des nids d’oiseaux qui atteignent maintenant des milliers de dollars US par kilogramme.

Martinets et commerce
http://american.edu/ted/SWIFT.HTM

Nids d’oiseau à environ 2000 dollars US par kilogramme
http://www.naturalnest.com/

Nids d’oiseau à environ 3000 dollars US par kilogramme
http://www.ipmart.com/main/page.php?page=hm_hthl_food
&cat=577&ref=adwords&gclid=CN_u-KrL6IcCFSerYAodvU6wfA


Par comparaison, la racine de tongkat ali (non pas l’extrait) se vend encore à moins de 50 dollars par kilogramme.

La vente au détail de copeaux et de poudre de racines de tongkat ali
http://www.tongkatali.org/retailroots.htm

Cependant à la différence des nids d’oiseaux, le tongkat ali ne se consomme pas directement. Il doit au préalable être bouilli comme le thé ou consommé comme un extrait.

Il n’est pas surprenant qu’une substance à la fois rare et chère comme le tongkat ali commercialisée sur un marché hautement concurrentiel soit l’objet de fraude. Un certain nombre de produits vendus sous l’appellation tongkat ali se trouvaient être des préparations pharmaceutiques, en provenance de Malaisie.

Les services de santé publique canadiens retire du marché Libidus, le fortifiant sexuel, en raison de risques potentiels
http://www.canada.com/edmontonjournal/news/story.html?id=a2804f9a-4e99-4a98
-8864-d0b97af1f18f&k=74857

Le communiqué de presse du Président de l’autorité de contrôle des médicaments faisant état de certaines substance relevant de la médecine traditionnelles, contenant du Tadafil

http://www.bpfk.gov.my/pdfworddownload/MARCH_04.pdf#search=%22Shitek%20
Tongkat%20Ali%20400%20mg%E2%80%99%20and%20%E2%80%98Longeria%20Capsule%22

L’extrait de tongkat ali, au contraire de la poudre de racine de tongkat ali, est particulièrement coûteux (davantage que le citrate de sildenafil vendu illégalement) parce que les composants actifs ne sont présents qu’en petite quantité.

Caractérisation de la fraction hydrosoluble de l’extrait de racine de l’Eurycoma Longifolia
http://www.ceps.com.tw/ec/ecjnlarticleView.aspx?atliid=59888&issueiid=5463&jnliid=474

En outre, il y a une multitude de composants actifs qui, réunis, contribuent à l’extraordinaire capacité de cette herbe à stimuler le niveau de testostérone. La meilleure source scientifique objective afin de vérifier les composants actifs du tongkat ali (Eurycoma longifolia Jack) est :

Réseau d’informations global pour une médecine intégrée
http://content.nhiondemand.com/moh/media/monoHerb.asp?objID=101048&ctype=herb&mtyp=1

Tandis qu’il existe une documentation technique assez abondante au sujet du spectre chimique de l’Eurycoma longifolia Jack (tongkat ali), les études scientifiques sur les effets en matière de stimulation sexuelle et d’augmentation du taux de testostérone menées sur les racines de cette plante n’ont pas été conduites avec des composants actifs spécifiques (tels que l’eurycomanone ou l’eurycomalactone), mais avec l’extrait entier de tongkat ali non étalonné en fonction d’une substance active spécifique simple.

Quand je dis des études scientifiques, je veux dire des études qui ont été publiées dans des journaux scientifiques professionnels à l’attention d’un public d’initiés. J’ai peu confiance dans les soit disantes études scientifiques inédites, qui sont citées sur des sites Web commerciaux, vendant des produits de marques spécifiques.

En effet, si une soit disante étude scientifique était menée en accord avec les protocoles en vigueur dans la communauté scientifique, et qu’elle présentait des résultats stupéfiants, indubitablement je me demanderais « pourquoi n’a-t-elle pas été publiée dans un journal scientifique ? ». Ce ne serait pas cohérent. Donc si l’étude n’a pas été simplement inventée, c’est qu’elle doit présenter des failles d’un point de vue scientifique.

En outre, une science authentiquement impartiale viserait à étudier un produit chimique générique pour sa valeur pharmaceutique. Les études qui emploient à la place des extraits aux noms commerciaux et à la traçabilité indéterminable, relèvent d’une démarche scientifique truquée.

Indépendamment de cela, l’idée de vendre des produits pharmaceutiques et des suppléments diététiques à la composition des ingrédients tenue secrète ou à la conformité douteuse, contredit totalement les normes en vigueur de protection des consommateurs.

Par ailleurs, « l’extrait standardisé » est une expression toute faite que beaucoup d’acheteurs de supplément associent à de la qualité supérieure.

En effet, l’extrait d’écorce de yohimbe qui est étalonné d’après la yohimbine est supérieur à celui qui ne l’est pas. Car la yohimbine est le plus puissant d’une gamme très limitée des composants actifs qui expliquent l’effet du yohimbe.

Yohimbe étalonné pour 2 % de yohimbine
http://www.vitacost.com/Twinlab-Yohimbe-Fuel-100-Capsules

En effet, de même, le moût de St John qui est étalonnée d’après l’hypericin est supérieur celui qui ne l’est pas.

Le moût de St John recommandé d’être étalonné à 0.3% hypericin
http://www.umm.edu/altmed/ConsHerbs/StJohnsWortch.html

Si n’importe laquelle des principales sociétés de distribution de l’extrait de tongkat ali pouvait fournir un extrait étalonné en fonction de ce qui constitue le ou les principes actifs, ce serait un progrès. Mais jusqu’ici, nous n’avons pas d’idée claire sur lesquels des nombreux composants actifs énumérés dans la page de référence du dessus « Réseau d’informations global pour une médecine intégrée » sont dans une certaine mesure responsables de tel type d’effet.

Mais le leurre est là, pour des raisons commerciales : revendiquer un étalonnage d’après les substances actives.

Par exemple pour des eurypeptides ? à un énorme 22 %.

Peptides quoi ? Le mot eurypeptides suggère que nous traitons ici des peptides de l’Eurycoma longifolia Jack ;

Je n’ai trouvé aucune source scientifique qui se rapporterait à des eurypeptides. Ainsi le produit qui est prétendu être normalisé à 22 % d’eurypeptides, est normalisé à quelque chose d’inconnu dans la littérature scientifique.

Dans les sites web qui vendent de l’extrait de tongkat ali normalisé à 22 % d’eurypeptides, il n’est pas expliqué ce que ces peptides sont censés être.

Naturellement, je sais ce que sont les peptides : des chaînes courtes d’acides aminés, assemblées par des liens de peptide. Quand les chaînes d’acides aminés deviennent plus conséquentes (environ plus de 50), alors nous ne parlons plus de peptides mais de protéines.

Maintenant, si ces sites Web qui prétendent vendre de l’extrait de tongkat ali normalisé donnaient certaines précisions au sujet des substances chimiques d’après lesquelles il a été procédé à l’étalonnage de leur extrait (à condition que notre propos sur l’étalonnage repose en premier lieu sur une réalité), cela serait un pas en avant.

Le réseau global d’informations pour une médecine intégrée, à la page précitée énonce :

L’Eurycoma longifolia est habituellement normalisé en fonction de l’eurycomanone, du 13alpha(21)-epoxyeurycomanone, de l’eurycomalactone, et enfin du 14,15beta-dihydroxyklaineanone comme marqueurs de référence pour son extrait organique, tandis que les quassinoids et les glycoprotéines plus polaires sont employés comme normes pour l’extrait aqueux.

http://content.nhiondemand.com/moh/media/monoHerb.asp?objID=101048&ctype=herb&mtyp=1

Je n’ai jamais vu un produit commercial normalisé d’après ces substances chimiques. Je n’exclurais pas la possibilité que certains des grands fournisseurs chimiques, par exemple Sigma Aldrich, vendent un extrait d’eurycoma longfolia normalisé en fonction de l’eurycomanone ou de l’eurycomalactone, mais elles feraient probablement comme les laboratoires chimiques.

Et je suis sûr que dans n’importe quel pays, aucun extrait d’eurycoma longifolia étalonné en fonction des produits chimiques énumérés au-dessus, ne soit autorisé à la vente comme supplément de santé sans passer d’abord par le même genre d’épreuves cliniques qui ont été exigées pour le citrate de sildenafil ou l’apomorphine.

La racine entière de tongkat ali, ou l’extrait de tongkat ali qui ont été produits de façon traditionnelle par macération et ébullition des éclats de racine en se débarrassant de la racine, et en évaporant l’eau, a un profil de risque connu. Le tongkat ali a été consommé pendant des siècles sous cette forme.

En revanche, l’extrait de tongat ali normalisé en fonction de certains produits chimiques, pour lesquels l’effet sur l’être humain n’a pas été apprécié par des tests cliniques est une chose différente. De même que si l’étalonnage est réalisé en fonction de produits chimiques aux noms fantaisistes non validés par la littérature scientifique, est également une autre chose. Toutes choses auxquelles je ne souhaiterais pas être associé.

Se pourrait-il que l’histoire entière des eurypeptices ne repose que sur une science truquée ?